Guarnieri (Elmando)

Ecrit par Romain Wagner

(2 octobre 1890 - 11 avril 1968)

 

Elmando, fils de Bernardo Guarnieri et de Ester Guidi, est né le 2 octobre 1890 à Mergo (Italie, Marches, province d’Ancona).

Le foglio matricolare (fiche matriculaire) d’Elmando révèle que, dans la vie civile, l’intéressé exerce la profession de bracciante (journalier), qu’il mesure 1,575 mètre de haut et 0,805 mètre de tour de poitrine. Ses cheveux sont châtains et bouclés, ses yeux sont marrons, le teint de son visage est naturel et sa dentition est saine. Il est déclaré apte au service militaire de 1re catégorie, classe 1891.

Le 19 juillet 1911, alors qu’il est en congé pour une période indéterminée, Elmando est recensé au consulat italien de Luxembourg puis, le 25 octobre suivant, il est appelé à effectuer son service militaire. 

Le 1er novembre 1911, la nouvelle recrue est affectée au 39e Reggimento Fanteria (39e régiment d'infanterie) puis, le 9 juillet 1912, elle est mutée au 40e Reggimento Fanteria. A cette dernière date, le soldat Guarnieri est embarqué à Naples pour la Tripolitaine et la Cyrénaïque où il va participer à la campagne "di guerra italo-turca" (campagne de la guerre italo-turque).

Le 21 décembre 1912, Elmando est rapatrié de Libye et débarque à Naples pour rejoindre le 39e Reggimento Fanteria. Le 1er janvier 1913, sa mobilisation se prolonge en application du décret royal du 22 décembre 1912 (circulaire n° 583). Rattaché au Reggimento Fanteria d’Ancona, Elmando se voit récompensé d’avoir fait preuve d’une bonne conduite et servi avec fidélité et honneur ("di aver tenuto buona condotta e di aver servito con fedelta ed onore"). 

Elmando est finalement libéré le 5 février 1913, et ce pour une durée indéterminée. Le 14 février suivant, alors qu'il est retourné à la vie civile, il est signalé comme résidant en "Germania" (Allemagne), vraisemblablement en Lorraine, à Gross Hettingen (Hettange-Grande, en Moselle), où il va rencontrer Catherine Schneider, sa future épouse.

A nouveau mobilisé en application du décret royal du 2 juillet 1914 (mobilisation générale), il est signalé le 15 juillet 1914 comme n’ayant pu être joint, du fait qu’il était à l’étranger ("non giunto perche à l’estero").

Rapatrié et rappelé à l’activité le 21 août 1914, Elmando est affecté au 56e Reggimento Fanteria à Ancona du 24 août au 25 novembre 1914, date à laquelle il est à nouveau libéré pour une période indéterminée.

Cependant, en application du décret royal du 22 avril 1915 (circolare riservata N° 555 del Ministero della Guerra - Direzione Generale leva e truppa) une nouvelle mobilisation générale intervient le 15 mai 1915. Le territoire italien est déclaré en état de guerre le 24 mai, ce qui va contraindre Elmando à participer au premier conflit mondial. 

Cette fois, Elmando et ses compagnons sont opposés aux troupes autrichiennes sur le Carso (Karst), dans le secteur de Selz.

A l’issue de ces nouvelles campagnes, le fantassin Guarnieri est à nouveau crédité d’avoir fait preuve d’une bonne conduite et servi avec fidélité et honneur. Il est également cité au "Merito con Arma da Fuoco nel combattimento di Selz".

Plus tard, en application des décrets royaux des 29 juillet 1920 et 19 octobre 1922, Elmando est autorisé à porter :

La médaille commémorative nationale de la guerre 1915-1918 et à apposer sur le ruban de la dite médaille les barrettes propres de chacune des années de campagne effectuées, c’est à dire 1915, 1916, 1917, et 1918.
La médaille de l’ordre de l’Unité Nationale.

L’inventaire du paquetage restitué par Elmando lors de sa démobilisation révèle que 2 "capa" (bonnets de police) manquent... 

Le 26 septembre 1922, Elmando, son épouse et leurs enfants quittent l’Italie pour se fixer à Hettange-Grande. 

En Lorraine, Elmando exerce la profession de carrier, d’abord comme salarié puis à son propre compte. Le 7 juillet 1929, il fait partie des membres fondateurs de la section hettangeoise de la L.I.D.U. (Ligue Italienne des Droits de l’Homme), association antifasciste.

Il accède à la nationalité française le 13 juillet 1939.

Le 10 mai 1940, les habitants de Hettange-Grande, dont les Guarnieri, sont évacués pour cause de guerre. Cet exode est stoppé en Côte d’Or. Le retour d’évacuation est daté du 8 août 1940. Cependant, le 19 septembre, Elmando et les membres de sa famille sont expulsés de Lorraine par les nazis (de même que les familles d’autres anciens membres de la L.I.D.U.). Les "indésirables" trouvent refuge à Lodève (en zone libre, dans le département de l'Hérault), puis à Mézin (toujours en zone libre, dans le Lot-et-Garonne), où Elmando trouve un emploi d'ouvrier dans une usine de fabrication de bouchons. 

La famille Guarnieri revient à Hettange-Grande le 6 août 1945. Les années qui suivront seront plus paisibles... Elmando reprend ses activités d’exploitant de carrières, son entreprise produisant principalement des pavés de voirie, ainsi que du sable réfractaire destiné à la sidérurgie régionale. En 1957-58, il fait valoir ses droits à la retraite. Il s’éteint le 11 avril 1968 à Hettange-Grande et repose au cimetière de la commune.

Sources : Archivio di Stato di Ancona, Archives Nationales de France, Archives Départementales de la Moselle, Archives contemporaines de Fontainebleau, Archives communales de Hettange-Grande, Archives Familiales.

le lundi, 25 janvier 2016 posté dans la catégorie G