Conan Doyle (Arthur)

Ecrit par Marc Nadaux

(22 mai 1859 - 7 juillet 1930)

Arthur Conan Doyle naît le 22 mai 1859, à Édimbourg. Il est le troisième enfant d'une famille qui se composera de neuf frères et sœurs. Son père, Charles Doyle, est un fonctionnaire, fils lui-même d’un célèbre caricaturiste. Quant à Mary Fooley, sa mère, elle est issue de la famille irlandaise des Percy du Northumberland, descendante des Plantagenêt. Le couple réside au 11, Picardy Place et leur fils aîné Arthur est baptisé, suivant leurs convictions, dans la religion catholique. En 1868, celui-ci entre d’ailleurs au collège de Hodder dans le Lancashire, tenu par les jésuites. Après deux années passées au sein de l’institution, il est admis à la Public School de Stonyhurst. Dès cette époque, Arthur Conan Doyle se rend déjà populaire auprès de ses camarades en rédigeant le journal de l’école, une publication non officielle… En 1875, il part pour Feldkrich, en Autriche, où il parfait son allemand, toujours dans un collège jésuite.

De retour en Écosse l’année suivante, Conan Doyle poursuit ses études à la faculté de médecine de sa ville natale. Quelques-uns de ses textes sont alors publiés dans des revues locales. A présent diplômé, il est cependant contraint d’aider financièrement sa mère et sa famille, que les habitudes de son père alcoolique, ont mis dans la gène. Il s’embarque donc en qualité de médecin sur un navire baleinier. A bord du "Hope", le jeune homme parcourt les mers arctiques, du mois de février au mois de septembre 1880. Il renouvelle l’expérience au mois d’octobre 1881, cette fois-ci sur le steamer "Mayumba", qui part pour l’Afrique Occidentale.

De retour au printemps de l’année suivante, Conan Doyle pratique la médecine en Angleterre, à Plymouth, en compagnie d’un collègue. Une association de très courte durée, puisqu’il s’installe dès le mois de juin, à Southsea, près de Portsmouth. Près de Bush Villas, à Elm Grove, il officie désormais dans son cabinet d'ophtalmologie. Le 6 août 1885, il se marie à l’âge de vingt-six ans avec Louise Hawkins, la sœur de l'un de ses rares patients. Le couple aura deux enfants, Mary Louise, qui naît en 1889, puis Kingsley en 1892. L’année suivante, persévérant dans ses activités littéraires, Conan Doyle écrit rapidement au printemps A Study in scarlet (Une étude en rouge), la première des cinquante-six nouvelles et quatre romans, mettant en scène Sherlock Holmes. Après sa parution dans une revue, le Beeton's Christmas Annual, il en vend les droits pour la somme dérisoire de 25 £. L’ouvrage est alors publié en volumes au mois de juillet 1888. Et plusieurs critiques relèvent certains caractères propres au récit qui feront le succès de l’œuvre de Conan Doyle. Bien servi par l'ingéniosité de l’intrigue, la personnalité de Sherlock Holmes, ses qualités de raisonnement déductif notamment, lui donne son originalité par rapport aux productions de l’époque. L’illustre détective, qui doit beaucoup au Dupin d’Edgar Poe, a d’ailleurs été inspiré à son créateur par le souvenir de l’un de ses professeurs, le Dr Joseph Bel, un chirurgien de la faculté de médecine d'Édimbourg.

Après avoir séjourné quelques mois à Vienne, pour parfaire ses connaissances médicales, il rentre en Angleterre et s'installe sur Montague Place à Londres. En 1891, Conan Doyle ouvre un nouveau cabinet au 2, Devonshire Place. Cette année là, au mois de juillet, commencent les parutions des aventures de Sherlock Holmes, dans le Strand Magazine. A partir du 14 octobre 1892, le public peut également les lire en volume. Le succès est tel d’ailleurs, qu’Arthur Conan Doyle abandonne la médecine pour se consacrer désormais entièrement à l'écriture. Et l’année suivante, au mois de décembre, un second volume des enquêtes du génial détective, The Memoirs of Sherlock Holmes, paraît également. L’écrivain cependant accuse à présent son héros d’accaparer ses pensées et son inspiration. Dans l’une de ces dernières nouvelles, intitulée The final problem, il se décide ainsi à mettre en scène la mort de Sherlock Holmes, entraîné en Suisse au fond d’un gouffre par le professeur Moriarty. Malgré les lettres de lecteurs qui le supplient, le menacent et l'insultent, ainsi que les protestations de sa mère (!), Conan Doyle refuse de ressusciter Sherlock Holmes. Dans les rues de Londres, on voit alors certains anglais porter un brassard noir, en signe de deuil.

Au cours de l'automne 1895, l’écrivain fait un séjour de plusieurs mois au Caire, destiné à améliorer la santé de sa femme Louise, atteinte de la tuberculose. De retour en Angleterre, ils s’installent à Hindhead, dans le Surrey. Au mois de février de l’année suivante, Conan Doyle publie The Exploits of Brigadier Gerard, le premier d’une série de récits d’aventures, parmi lesquels The Tragedy of the Korosko qui paraît au mois de février 1898. Dès le mois de mars 1900, il est en Afrique australe pendant la guerre des Boers. Cependant, ne pouvant participer en soldat au conflit qui oppose la Grande-Bretagne aux Républiques africaines d'Orange et du Transvaal, il dirige à Bloemfontein, la capitale de l'État d'Orange, un hôpital de cinquante lits, jusqu'au mois d’août 1901. De retour en Angleterre, Arthur Conan Doyle rédige un court pamphlet, The War in Southern Africa : Causes and Conducts, publié au mois de janvier 1902. Dans ce texte, le célèbre écrivain se fait le défenseur de la cause britannique en Afrique du Sud, injustement diffamée selon lui sur la scène internationale. Ces prises de positions lui

valent bientôt de se voir accorder le titre de chevalier (Knigth of Grace of the Order of) de l'ordre de St-John of Jerusalem. Il se fera désormais appelé Sir Arthur Conan Doyle. La même année, a lieu la résurrection de son héros fétiche dans The Hound of the Baskerville (Le Chien des Baskerville) qui paraît au mois de mars. Cependant, l'action se déroulant avant le décès du grand détective, il faut attendre encore trois années pour voir publier The Return of Sherlock Holmes, la première d’une nouvelle série de trente-trois aventures.

Sa femme Louise s'éteint le 4 juillet 1906 et Conan-Doyle en est profondément affecté. Il se remarie pourtant le 18 septembre 1907 avec Jean Leckie, dont il était épris depuis 1897. L’année précédente, l’écrivain avait participé sans succès aux élections organisées dans le district d’Havick, en tant que candidat du parti unioniste. En 1908, avec sa nouvelle épouse, il s'installe à Crowborough dans le Sussex. Le couple aura trois enfants : Denis qui naît en 1909, Adrian l’année suivante et Jean Lean en 1912. Arthur Conan Doyle poursuit dans son engagement politique, en devenant en 1909 le président de l’association pour la réforme de la loi sur le divorce, une fonction qu’il occupera jusqu’en 1919. Au mois d’octobre 1912, il crée un nouveau personnage, le professeur Challenger, dans son roman The lost World (Le Monde perdu). Ce dernier réapparaît dès l’année suivante avec The poison Belt (La Ceinture empoisonnée), publié au mois d’août. Du mois de mai au mois de juillet 1914, l’écrivain est en Amérique du Nord, aux États-Unis puis au Canada. Pendant les années qui suivent, il rédige quelques textes à propos du conflit qui déchire l’Europe : The British campaign in France and Flanders, commencée en 1915 et achevée cinq ans plus tard, A Visits to three Fronts au mois d’août 1916. Les atrocités commises pendant la Grande Guerre sont aussi à l’origine d’une profonde crise morale chez Conan Doyle. Ayant très tôt abandonné ses convictions religieuses, l’écrivain, depuis longtemps agnostique, fait paraître The New Revelation, au mois d’avril 1918. Et la mort de son fils aîné peu de temps après le renforce dans ces nouvelles orientations. Pendant la décennie qui suit, Conan Doyle parcourt le monde afin de propager le spiritisme. En 1926, il publie également History of Spiritualisms, une Histoire du spiritisme.

Le 7 juillet 1930 au matin, Sir Arthur Conan Doyle décède d'une crise cardiaque dans sa villa de Crowborough.

le vendredi, 22 janvier 2016 posté dans la catégorie C